Newsletter

Suivez-nous !

Email

© Tous droits réservés - 2018-2019

Glaucome


Le dépistage


Réalisé par l’ophtalmologiste, ce dépistage associe plusieurs examens. Il consiste d’abord à mesurer votre pression oculaire et à examiner votre nerf optique soit lors d’un examen du fond d’œil et ou un scanne de votre nerf optique « RNFL », votre champ visuel est ensuite évalué et votre angle irido-cornéen examiné, afin d’en savoir plus sur la nature d’un éventuel glaucome et son stade d’avancement. L’angle irido-cornéen est situé entre l’iris (partie colorée de l’œil) et la cornée (partie transparente de l’œil).

  

D’où cela vient-il ?


Le glaucome est une maladie affectant la vision. En France, 1 à 2 % des personnes de plus de 40 ans sont touché.

Les causes exactes de la maladie ne sont pas encore connues. Cependant le facteur génétique augmente les risques de faire un glaucome. Les deux yeux ont donc la même prédisposition,

Le glaucome n’a pas toujours la même évolution entre les deux yeux.


Les conséquences sur la vue


Le glaucome est la conséquence d’une détérioration lente et progressive du nerf optique. Ce nerf sert à transmettre l’information reçue par votre œil à votre cerveau (c’est la prise HDMI qui relis la TV au décodeur sans elle la lecture des images est impossible). L’œil continue donc de voir normalement, mais la transmission de l’information vers le cerveau va au fil du temps s’altérer.
Cette situation est, en général, due à une augmentation de la pression oculaire, pression trop élevée dans votre œil, liée à un surplus de liquide (humeur aqueuse).


En l’absence de traitement, votre champ visuel va lentement diminuer jusqu’à une possible perte de la vision.

 Au début, votre vue ne va pas diminuer. Votre œil ne voit pas certaines zones ou certains détails de votre champ visuel, mais votre cerveau compense ce déficit. Le glaucome peut donc ne pas se faire ressentir.

Le glaucome peut passer longtemps inaperçu. Il est recommandé de consulter régulièrement un                       ophtalmologiste pour le dépister le plus tôt possible. À un stade plus avancé, les troubles de la vue peuvent être gênants et rendre, par exemple, la conduite automobile dangereuse du au rétrécissement du champ visuelle ou même de gêner l’activité de certain loisir. Vous devrez, petit à petit, faire des efforts pour regarder sur les côtés.

Avec le temps et sans traitement, ces zones vont s’étendre et le cerveau ne pourra plus compenser correctement. C’est là que vous prendrez conscience de ces zones « aveugles » dans votre champ visuel.




Les traitements


Le traitement du glaucome a pour objectif de faire baisser votre pression oculaire. Il ne permet pas de retrouver la vision perdue, mais il perturbe le développement de la maladie. Il est donc important de se faire dépister suffisamment tôt. Les interventions étant légères, elles peuvent se faire à tout âge, si votre santé le permet.

Il existe plusieurs types de traitement comme :

Les collyres permettent de diminuer la quantité de liquide produite par votre œil et d’augmenter la quantité évacuée. Le traitement est à suivre à vie.

Le laser (intervention sous anesthésie locale, sans hospitalisation) permet de faciliter l’évacuation du liquide contenu dans votre œil pour y faire baisser la pression.

La chirurgie (intervention sous anesthésie locale à l’hôpital, en clinique ou dans un centre spécialisé) consiste à faire une petite incision sur l’œil pour faire baisser la pression.